Poulet

Évaluer et identifier des alternatives aux anticoccidiens afin de contrôler les problèmes d'entérite nécrotique et de coccidiose chez le poulet de chair (15-AV-281 et 15-AV-285) (2017)
Production viande de poulet
Auteurs faisant partie de notre centre de recherche
Résumé
Objectif du projet

Identifier et évaluer les alternatives aux antibiotiques afin de contrôler les problèmes d'entérites nécrotique et de coccidiose chez le poulet en croissance.

Résumé du projet

L'apparition de bactéries résistantes aux antibiotiques soulève de sérieuses inquiétudes en production animale et en santé humaine. De plus, l'interdiction des antibiotiques comme facteurs de croissance par plusieurs pays nous amène à réfléchir sur des approches alternatives. Dans ce contexte, ce projet vise à développer des alternatives aux antibiotiques pour le contrôle de l'entérite nécrotique chez le poulet de chair qui a des répercussions économiques importantes, causées par les mortalité, le surcoût médicamenteux, la sous-performance zootechnique, etc. Ainsi, les effets des huiles essentielles comme la cinnamaldéhyde encapsulée (cannelle) et le citral seul ou en combinaison, comme alternative aux antibiotiques, ont été évalués sur la performance et la santé intestinale des poulets de chair recevant ou non un vaccin pour contrer la coccidiose. Au total, 3 200 poussins mâles ont été répartis aléatoirement dans 40 parquets de 80 oiseaux chacun. Cinq traitements alimentaires ont été appliqués à raison de 8 parquets par traitement. De ce nombre, 4 parquets par traitement ont reçu un vaccin contre la coccidiose. Les traitements alimentaires étaient les suivants: 1) diète standard sans antibiotique et sans anticoccidien (CN); 2) diète standard contenant l'antibiotique bacitracine (BAC, 55 ppm); 3) CN + cannelle (CAN, 100 ppm); 4) CN + citral (CIT, 100 ppm); 5) CN + cannelle + citral (CAN+CIT, 100/100 ppm). Les traitements ont été appliqués du j10 au j28 d'âge. Les oiseaux ont été pesés aux jrs 0, 10, 20 et 30. La consommation, le poids, le GMQ, la conversion alimentaire, la mortalité et l'état général des oiseaux ont été évalués à intervalle régulier. Des échantillons de fientes, pour effectuer un comptage ovocytaire et séquençage génétique des micro-organismes intestinaux, ont été prélevés deux fois par semaine (du j6 au j29) pour un total de 8 prélèvements par parquet, pour ceux qui ont reçu le vaccin Coccivac B. Des nécropsies ont été réalisées au j14 (2 poulets par parquet) afin de prélever des échantillons de l'iléon et de caecum pour des analyses microbiologiques alors qu'aux jours 21 et 22, 4 oiseaux par parquet ont été utilisés pour évaluer les lésions d'entérite nécrotique (Clostridium perfringens) et de coccidiose (Emeria acervulina, E. maxima et E. tenella). L'infection du sac jaune (omphalite), l'intégrité de la trachée, la pododermatite, l'ulcération du gésier, le tonus intestinal, l'aérosacculite, les nécroses du métatarse et de la tête fémoral que même de la bourse de Fabricius ont également été évalués. Les résultats obtenus démontrent que la performance générale des oiseaux (poids, consommation, gain moyen quotidien et conversion alimentaire) a été significativement améliorée (P<0,05) chez les poulets recevant la bacitracine et les huiles essentielles. Les huiles essentielles réduisent l'incidence et la gravité des entérites nécrotiques (scores moyens de lésions intestinales) à un niveau comparable à celui de la bacitracine. La cannelle encapsulée est plus efficace que le citral dans le contrôle des lésions nécrotiques, bien qu'un effet cumulatif ait été observé lorsque les deux huiles sont combinées. Le nombre d'ovocytes dans les matières fécales a tendance à être plus élevé chez les oiseaux vaccinés que chez ceux non vaccinés (P<0,05). À partir du j28, on observe que la vaccination affecte le poids corporel et le gain moyen quotidien des poulets. De plus, l'incidence et la gravité de la coccidiose étaient significativement plus élevées (P<0,05) chez les oiseaux vaccinés que chez ceux non vaccinés. ce qui concorde avec le nombre élevé d'ovocytes chez les poulets vaccinés. Par contre, la supplémentation alimentaire avec la bacitracine ou les huiles essentielles encapsulées a produit le même effet au niveau de la coccidiose. À la lumière des résultats obtenus, on observe que la cannelle encapsulée, utilisée au taux de 100 ppm dans l'aliment des poulets de chair non vaccinés, aurait des effets semblables à ceux obtenus avec la bacitracine qui a été utilisée au taux de 55 ppm pour contrôler la coccidiose due à E. acervulina, et de l'entérite nécrotique due à C. perfringens. Les résultats suggèrent également que la vaccination pour contrer la coccidiose chez le poulet de chair pourrait favoriser cette maladie.

Retombées attendues

L'utilisation d'huiles essentielles encapsulées comme la cannelle et le citral pourraient servir d'alternatives aux antibiotiques pour contrôler les problèmes d'entérite nécrotique et de coccidiose chez le poulet en croissance sans affecter les performances zootechniques.



Retour