Projets de recherche

Réduction des mortalités hivernales par un contrôle hâtif en période estivale des populations du parasite Varroa destructor dans les ruches (1920-AP-384) 2019


Responsable du projet
Équipe
Description
Objectif du projet
  1. Mesurer les effets de traitements antivarroa en été sur: les performances zootechniques, l'état de santé de la colonie, la mortalité hivernale et la reprise printanière de la ruches.
  2. Mesurer la pathogénicité de V. Destructor sur les colonies d'abeilles en lien avec d'autres pathogènes.


Résumé
Varroa destructor (Vd) joue un rôle primordial dans les pertes hivernales de ruches tel que rapporté à l’échelle mondiale. Au cours des quinze dernières années, la mortalité hivernale au Canada et au Québec a varié de 15 à 35 % et le contrôle des niveaux d’infestation par le Vd pendant la saison du miel semble être un facteur majeur afin de prévenir les pertes. Les objectifs de cette recherche sont les suivants : 1) mesurer les effets du contrôle du seuil de varroa pendant l’été, sur les performances zootechniques, l’état de santé, la mortalité hivernale et le développement printanier des ruches ; 2) évaluer la pathogénicité de Vd sur les colonies d’abeilles en lien avec d’autres pathogènes. Le projet est mené sur trois années consécutives : année 1, évaluer des différentes approches de traitement estival contre Vd ; année 2, trouver la meilleure période de traitement pendant l’été ; année 3, transférer une approche aux apiculteurs commerciaux. Au cours de cette première année (été 2019), 50 colonies ont été réparties en cinq groupes de traitement différents et appliqués en début août : 1) Témoin (sans traitement), 2) VSH (sans traitement, mais avec des reines provenant d’une lignée « Varroa Sensitive Hygienic ») 3) Acide formique (AF ; Mite Away Quick Strip) 4) Acide oxalique (AO-É ; par égouttement) 5) Acide oxalique (AO-GLY ; libération lente dans une matrice de glycérine). Les résultats préliminaires montrent que les traitements 3, 4 et 5 ont réussi à limiter l’accroissement des populations de varroas  en période estivale. Le groupe AF a donné la meilleure efficacité (92 %). Par contre, les ruches du groupe AF sont devenues plus faibles. Il appert que les résultats de cette recherche laissent présager que ces approches de contrôle des populations de varroas en période estivale pourraient s’avérer efficaces pour la ruche et ses produits, et ce dans le cadre et les conditions climatiques de l’été 2019. Ce projet devrait permettre de démontrer que le maintien des populations de varroas sous un seuil de 5 % se traduira par une meilleure survie des ruches en hiver et une meilleure reprise printanière.

Applications attendues
Les résultats de ce projet permettra de savoir si le maintien des populations de varroa sous un seuil de 5 % tout au long de la saison estivale et principalement en fin d’été et début d’automne permet à la ruche un meilleur état de santé se concrétisant par une meilleure survie à l’hiver. Si tel est le cas, une approche de traitements pourra être communiquée aux producteurs au cours de la prochaine saison estivale selon les données printanières de reprise printanières qui seront observées.




Retour